En désaccord avec Ramon # 01 – Almodóvar

Almodóvar

Avec cette publication, je commence ma section “En désaccord avec Ramón“, AKA mon oncle, le médecin bien connu qui, il y a quelque temps, s’est transformé en une sorte de gourou de la critique filmique sur internet hahaha.

Nous deux partageons l’amour pour le 7ème art, bien que nous pensons souvent des choses diamétralement opposées sur les mêmes films, et qui a raison?

Eh bien, les deux, parce que dans cette chose de l’art, si nous sommes en mesure de raisonner et de défendre notre opinion, nous l’avons tous!

La raison de cette section est une sorte de “contre-critique” de films qu’il n’a pas aimé mais oui pour moi, et vice versa.

J’aimerais avoir la même éloquence avec laquelle il il exalte ou massacre ces œuvres, mais nous allons l’essayer au moins…

L’expérience m’amène à penser que la profession de critique n’a aucun sens parce que l’objectivité n’existe pas, et nous ne devrions être intéressé justement par les opinions de ceux avec qui nous découvrons une affinité. (Curieusement, tout comme je suis allé pour laisser mon vote dans filmaffinity, je découvre que je ne coïncide pas cette fois avec un des rares critiques que je suis intéressé à consulter, le grand Jordi Costa)

Tout le monde devrait utiliser le “Pour moi…”, “À mon avis…”, “A mon goût…”, au lieu d’exercer des jugements auxquels ils tentent de donner la position de la vérité absolue, quand ce que les critiques professionnels obtiennent, dans de nombreux cas est de transmettre une aura d’arrogance et de orgueil.

Au moment de la valorisation d’un film ou de toute autre œuvre d’art ou produit culturel, aussi nos attentes entrent en jeu, conjuré avec nos goûts…dans ce cas, je m’attendais à l’excellence habituelle à Almodóvar, surtout dans ses derniers films, mais cela est déjà avancer le contenu… Le fait est que j’ai toujours été séduit par le cinéma de Pedro, depuis ses débuts érotique-festif-pétards même comme je le dis, ses derniers films plus profonds dans lequel il démontre une maîtrise du langage audiovisuel à la hauteur des plus grands.

Cela m’a toujours donné l’impression que la grande majorité des gens qui vivent de la critique cinématographique, et ce que nous pourrions appeler “Les universitaires du cinéma”, sont contaminés par une extension de la peste nocive de la pensée unique qui veut faire de nous des individus homogènes, sans goût ni personnalité. Mais allez, c’est juste une opinion…

Julieta

Poster Julieta

Techniquement impeccable, un excellent travail de direction de la part de Pedro, mais les performances semblent forcées pour moi, surtout le père de Juliette. Quelques moments un peu ridicules par script, qui accompagne avec des autres avec une subtilité exquise. Une musique que j’aime beaucoup mais qui me laisse l’arrière-goût d’être déjà entendú, et que je ne pense pas que ça colle très bien avec le vrai ton de l’histoire. Il essaie de le doter dans des teintes mystérieuses, mais il n’arrive pas à implanter en moi la curiosité typique du “genre”. Le seul mystère semble être pour le spectateur, et la façon dont il découvre comment le script progresse, pas pour leurs personnages qui sont limités à vivre, eh bien, de fuir en permanence, pour cacher leurs rancunes. Ainsi que la structure entre spirale et cassé l’histoire, je ne pense pas qu’il le donne une signification ou une valeur speciale, comme il le peut faire dans “Pulp Fiction”, par exemple.

Emma Suárez, à laquelle j’ai une grande affection, je ne la trouve pas authentique et elle ne m’attrape pas par sa performance. Ne ressemble pas à une personne du monde réel, mais un rôle imposé dans une actrice. Par contre, je peux me connecter au personnage de Adriana Ugarte.

Peut-être que les 3 histoires de l’écrivaine en leur origine sont magnifiques, mais quand ils sont mélangés et, je suppose que je ne l’ai pas trouvé, donner le touche Almodóvar, ne fonctionnent pas. La seule chose, la grand Rossy de Palma faisant de Rossy de Pedro, comme elle l’a toujours fait.

Scènes de sexe filmées fatalement, comme c’est malheureusement habituel dans le cinema et la télévision, sauf exceptions honorables comme “Shortbus” ou “Girls” et peu d’autre.

La première fois, quand je l’ai vue au cinéma, je suis partie avec le sentiment que chaque plan, il y avait une décision qui couine et je ne l’aurais pas fait comme ça. À aucun moment je ne peux empathiser avec le ton dramatique de l’histoire, ou le thème récurrent de prendre soin de la famille, en essayant de réaliser vos rêves à tout prix, indépendamment des autres, ou la maternité, complicités, rupture ou changement dans les relations. Et au fond, le matériel avec lequel sont tissés tous les éléments de l’histoire ne dégage pas une odeur qui me fait saliver à tout moment, que me fait ne peux pas attendre pour le donner la prochaine bouchée.

Tant de pause, cadence lente, et une manie par les chuchotements faite que je ne peut connecter pas avec l’histoire en un rien de temps, cela me met même de mauvaise humeur…Je la trouve bien travaillé, mais je ne suis pas émotionnellement touché, et je ne sais pas si c’est parce que le sujet ne m’intéresse pas particulièrement ou ce travail dans l’histoire. Je la trouve énormément long, et cela ne dure que 98 minutes.

Et ce que je pensais que un réalisateur avec l’expérience et la personnalité d’Almodóvar ne ferais jamais, utiliser la ressource pas cher pour se souvenir d’une scène antérieure afin que les téléspectateurs paresseux, capturent la symbologie d’un plan qui devrait se répercuter tout seul grâce à la situation précédente.

La meilleure chose pour moi, le moment symbolique près de la fin dans lequel apparaît ce qui pourrait être un puits mystique, qui relierait tant de choses……

Trailer :

Que pense mon oncle de “Julieta”

vs

Les Amants passagers

Los Amantes Pasajeros

Grotesque corail dans le meilleur sens. Un jeu sexuel obscène, visuel (phallique principalement) et verbal.

Déjà le début avec les crédits rendant hommage à Saul Bass, et cette mélodie en combinant musique classique et cumbia présage quelque chose de cool et unique.

La comédie prend son envol avec l’avertissement de ressemblance avec la fiction et le nom de la compagnie aérienne inventée, qui est un canular et il met le ton parfaitement dès le début.

Le casting est spectaculaire dans tous ses personnages, étant peut-être le plus forcé les 2 camées du début.

Une direction artistique très soignée, qui m’a rappelé cette fois-ci le grand “Life Aquatic” de Wes Anderson, mais sans ses excès.

Il a été 5 minutes et j’ai déjà été présenté à l’histoire, et de voir comment brillamment caractérisés sont tous les pilotes, hôtesses et passagers, me donne envie de tout savoir sur leurs vies.

*Un micro hommage à la version instrumentale de “Malagueña Salerosa”, finesse.

Nous continuons avec l’intrigue et les personnages, une délicieuse subversion de ce qui sont habituellement les voyages en avion. Chaque avion que j’ai pris après l’avoir vu s’est avéré être une déception de ne pas être une aventure comme celle-ci … c’est ce que le cinéma a, ce qui est généralement mieux que la vraie vie.

Après quelques films plus sérieux ces derniers temps où pour moi Pedro a atteint sa maturité, cette fois il est revenú á la comédie la plus rustre qui est ce qui lui fait mondialement célèbre à ses débuts, comme maître d’orchestre au plus haut niveau, et il se permet de petits jeux comme remake les comportements de certains de son “Femmes Almodóvar” les plus célèbres dans la peau de certains des hommes de ce film.

Si pour quelque chose je la trouve si sagace et percée est parce que, dans un seul scénario (ok, presque exclusivement) fermé comme l’avion, grâce à la réunion de personnages si magnifiques, authentiques et uniques (aidé par un casting parfait), crée un microcosme grâce aux intersections entre les multiples mini-intrigues de chacun d’entre eux, travaillant à différents niveaux.

Contrairement à son dernier film, voici les moments ponctuels où la musique souligne le suspense, sont bien mis en place et pas dissonants.

Oui, au fond ne cesse pas d’être, apparemment, une comédie légère et insouciante, qui causera aversion à toute collective queer-phobique. Une defense délicieusement drôle pour le sexe sain (Mention d’honneur pour ce plan de Lola Dueñas appréciant un Reverse Cowgirl volé avec les crinières au vent), et pour rester en bonne santé, car la comédie devrait être prescrite dans les hôpitaux…

Je comprends que ce n’est pas au goût des fans de comédie blanche, politiquement correct et pour toute la famille qui a tellement de succès dans notre pays, mais la comédie est basée sur l’exagération et l’hyperbole, et là je trouve une ration parfaite.

Il nous donne aussi l’un des numéros musicaux (qui devrait être) les plus emblématiques de l’histoire du cinéma.

Le seul point négatif que je trouve est que la critique sociale est trop évidente, trop “direct indirect”, ce qui le rend trop facile et pas beaucoup élégante.

Et, chaque fois que je viens de la voir, je pars avec un sourire d’une oreille à l’autre et le sentiment d’être une meilleure personne.

Trailer :

Que pense mon oncle de “Les Amants passagers”

La grande différence entre les 2 pour moi pourrait être en termes de leurs personnages et comment les acteurs les représentent, dans le premier tout semble naturel, organique et frais, et dans “Julieta” tout me semble forcé, sans provoquer d’empathie du tout. En bref, les personnages d’un m’attirent, ceux de l’autre sont fades.

Et pour finir, il me semble que je vais devoir faire la seconde “En désaccord avec Ramon” a propos de cette nouveau joyau de science-fiction qui nous a donné Luc Besson 20 ans après l’un de mes films préférés de tous les temps…

Mon premier documentaire

Depuis Octobre 2016, je me retrouve à faire mon service volontaire européen dans l’association de Idrissa Badji, ADIF, en tant que gérant au sein de son WebTV, la communication des projets de mobilité internationale, la formation et aide de la coopération Nord-Sud, dans les aspects de la la réalisation de films, la conception graphique, conception de sites Web, etc …

Il faisait bien longtemps que je réfléchissais à la possibilité de démarrer en tant que bénévole, et la France était ma principale destination, à cause de mon intérêt pour le pays, trouver un emploi là-bas, et aussi d’élargir mes possibilités dans la recherche d’un emploi au Canada, être capable de parler de ses 2 langues officielles. Après un premier choc par des problèmes linguistiques (Je suppose que là, je pouvais parler à presque tout le monde en anglais, et je découvris que non, dans notre pays voisin l’utilisation de l’anglais est à un niveau similaire à notre), je me vois déjà en mesure de tenir une conversation en français, bien que je continue mes efforts pour améliorer mon niveau journée a journée.

Dans le cadre de ce projet pour un an, j‘ai eu la grande chance de faire un voyage de 9 jours à Dakar (Sénégal), principalement dans le quartier populaire de Guédiawaye, où se trouvent nos 6 volontaires français qui font leur projet de “Service Civique”, et dont leurs associations que je suis allé à chercher leurs demandes d’aide en communication, soit faire leurs affiches, conception de logos, vidéos promotionnelles, des sites Web, et en profitant de mon séjour, j’ai commencé ce projet documentaire pour promouvoir l’association ADIF comme une association pour l’envoi et la réception des bénévoles, ainsi que leur travail dans le pays africain de nos partenaires.

La casa misteriosa

La-bas j’ai rencontré un peuple extrêmement sympathique et ouvert, désireux à partager tout ce qu’ils ont, et en même temps, de connaître mon histoire. Une nouvelle façon de voir la vie, une nouvelle façon de manger (Bien que, en raison de ses limites cause de la religion, des terres arables et d’autres, avec pas beaucoup de varieté) et enfin, de nouvelles coutumes qui ont élargí encore ma façon de regarder le monde.

Peut-être parce que ce sont les associations où plus de temps j’ai passé en sachant comment ils travaillent, ceux que ils ont touché mon cœur étaient la radio communautaire Railbi Fm, le centre Omar Laye où Hugo sert comme entraîneur de basket-ball pour les enfants de tous âges ainsi que pour l’équipe au fauteuil roulant et surtout, le centre scolaire Keur Khaleyi, où ils reçoivent les enfants des familles qui ne peuvent pas se permettre d’aller à l’école, ou des enfants qui ont été retirés du système d’éducation pour d’autres raisons, jusqu’à des cours du soir pour les adultes qui ne sont pas allés à l’école, un centre qui fonctionne tous les jours de la semaine avec une équipe complètement dédiée.

Baobab en SenegalCela m’a aussi permis de découvrir mon premier baobab, un arbre qui me fascinait depuis l’enfance, probablement depuis que ma mère m’a lu “Le Petit Prince.

Nous continuons à filmer à mon tour, dejà à Cognac, avec notre vie quotidienne dans l’association, et après des semaines de sélection des matériaux, montage et post-production (grâce à notre collègue África de l’aide avec ces beaux cadres pour les noms!), déjà quelques jours que le résultat de mon voyage est il y a disponible.

L’expérience a été très enrichissante pour moi, parfois difficile d’être mon premier projet “Seul en face le danger”, j‘avoir à prendre soin de tout, mais d’une grande aide pour continuer à évoluer mes compétences dans le domaine audiovisuelJ’ai pu identifier les problèmes et les défauts, principalement le manque de matériel d’éclairage, ne pas avoir enregistré toutes les ressources que je voulais quand je devais prendre le montage ou la nécessité d’une meilleure organisation dans la planification des enregistrements et interviews. Je devais aussi apprendre à se battre contre les imprévus pour ne me éloignent pas trop loin de l’idée initiale que nous avons soulevée dans le document préproduction. Mais je suis satisfait du résultat.

Comme le désir a retourné à mon tête, je vais dépoussiérer le projet d’un documentaire transmedia qui a est venu à moi il y a 4 ans pour voir si je peux commencer.

J’espère que ça vous plait :

La guerre est déclarée, de Valérie Donzelli ou le cinéma comme thérapie.

, La guerre est déclarée poster

Pendant le cours de de “Création du projet de jeux vidéo et document de conception”, notre professeur, Carlos Llorente, nous a parlé d’un jeux-vidéo de thèmatique adulte avec un concept très intéressant, comme un exemple de le moment que les jeux vidéo sont en tant que art narratif, dans lequel l’histoire d’un enfant de 4 ans avec cancer est compté, et comment sa famille fait face à ce défi.

Ce jeu est That Dragon Cancer“, et à son tour, pour avoir un thème similaire, il nous a parlé de ce film, La guerre est déclarée“.

Après avoir vu et de découvrir que son protagoniste est également scénariste, réalisateur et même artiste maquilleur dans le film, je juste peux me débarrasser de louanges pour elle, une autre de «l’hommeorchestre” que j‘admire tant dans le monde du cinéma, comme cela peut être John Carpenter, Shane Carruth ou Louis C.K.

Mais le plus spécial du film est son histoire, lequel il est basé sur la vraie vie du couple protagoniste. Nous commençons avec le ton d’une histoire d’amour fou entre les jeunes jusqu’à ce que le drame se déchaîne dans la famille. Et il me semblait l’un des drames meilleurs prises au cours des dernières années, ne pas avoir de grandes stars dans le casting ou de grands airs commerciaux, permis comprennent des émotions réelles, sans approcher le mélodrame manipulatrice que l’on pouvait attendre.

Il est tourné avec beaucoup de fraîcheur, et nous invite à un voyage plein de bons et de mauvais moments, comme la vie elle-même. Et que dire de le couple protagoniste, ont Ils vécu la même histoire, ils nous donnent des performances mémorables.

Tout un excellent exemple de la façon dont il devrait être faire une histoire dramatique dans le monde du cinéma, sans ingérence d’agents qui ne cherchent pas le meilleur pour le film.

Comme une curiosité, il a été choisi par la France pour les représenter en 2011 à la recherche d’Oscar, mais n’a pas atteint la phase finale, bien que cette année a vu gagnant “Nader et Simin, une séparation“, un autre drame énorme, dont il y a beaucoup à apprendre, à la fois le monde du cinéma et le monde des êtres humains. Quelle moisson.

Je vous laisse avec la bande-annonce :

Le lien pour la acheter.

Gernika, de Koldo Serra et le paradigme de la survie du cinéma…

Il y a deux semaines, il a réussi à sortir son deuxième film, “Gernika“, sorti en 2016 après 4 ans de travail acharné, de l’un des réalisateurs les plus intéressants de notre pays, Koldo Serra.
De ceux qui, comme ils ne font pas comment fait tout le monde, n’est connue par presque personne et ils ne sont pas diffusés. Comme prévu, après deux semaines dans les salles, a été relégué à la session du dimanche matin dans le cinéma où je la pouvais voir, et une seule session à 16h00 sur un autre cinéma dans les banlieues.

Son premier film, “The Backwoods“, Je me souviens que il n’y a pas débuté par ici à Saragosse, mais de vérifier la date, je vois que je faisais mes études à Barcelone, donc si je ne pouvais pas le voir sur le grand écran j’imagine que je ne serait pas au courant, et ayant suivi le projet à ses débuts et après d’avoir été libéré plus tard et sans promotion, ni moi me entendu. Récemment, je la pouvais voir grâce au partage de fichiers en ligne, car il semble que a été retiré du catalogue, et je trouvais plus ou moins ce que je attendais, un autre pour ma collection de bien-aimée “filmes de péquenauds, en ajoutant à “Deliverance”, “Perros de paja” o “Furtivos”. Peut-être à cause de les énormes anticipations générées par le projet au début (Je venais de découvrir ces 2 premiers de la liste et je suis fasciné par le genre) et le nombre d’années que je pris pour voir faîte impossible de me enchanter. J’ai l’aimé, mais j’eu l’espoir de trouver quelque chose de plus sauvage.

Pour “Gernika”, son deuxième film, je ai pu profiter pour la première fois dans ma vie, d’une projection entièrement «privée», ar il est la première fois que je suis complètement seul dans une salle de cinéma, une vraie joie.
La seule chose qui pourrait améliorer est d’avoir été en mesure de profiter d’une copie dans la version originale, en particulier dans une histoire comme ça, avec beaucoup de caractère avec un accent et langue différents, et bien que le doublage était pas mauvais, vous perdez beaucoup de l’expérience.

Mais … cette excellente occasion de profiter de la septième état de l’art, sauf que tu vais accompagné par des gens tout aussi respectueux comme vous, est un obstacle pour la survie du cinéma. J’avais été chanceux, mais toujours accompagné, de me retrouver dans projections qu’il n’y avait pas d’autre spectateur, mais cette fois, toute la salle du cinémas Palafox a était pour moi. Mes années d’expérience me ont montré que, dans presque toutes les sessions, vous avez au moins une personne grossière qui détruit le silence obligatoire de la salle, soit parce qu’il ne peut pas manger de la nourriture qui ressemble il a besoin pour apprécier le film, sans déranger, car il a l’incontinence verbal, ou déjà il a averti Nacho Cerdà quand il a présenté un de ses Phenomena dans notre ville, les progrès lamentable dans les téléphones mobiles, qui semble parfois que la salle est un jardin de lucioles. Parlant à une ami m’a dit que Lars Von Trier avait déjà traité ce problème dans le court métrage “Occupations“, mais il est encore dans ma tête l’idée de créer l’attraction ultime du cinéma gore contre cette personnes grossières dans une salle de cinéma.

Revenant au sujet de ce post, Koldo Serra avec ce second film obtient pour moi, même avec certains aspects qui ont m’a pas convaincu, entrer dans le groupe des films qui répondent le mieux à la question de notre guerre civile, avec la permission de “La Vaquilla” ou “Le Labyrinthe de Pan“, à partir d’une perspective claire sur le côté démocratique mais sans l’abus de la démagogie dans laquelle tout le monde est bon ou mauvais ou selon le «côté» à partir de laquelle le film a été cuit.

Obtenez nous plonger dans le drame d’un bureau de presse républicaine qui travaille à Gernika, a la frontière avec la France, une zone en essayant d’entrer la presse internationale pour couvrir la guerre civile espagnole. Certains personnages très intéressants sont construits, a un commencement qui attire immédiatement mon attention et la scène clé du bombardement est, comme le reste du film, réalisé d’une manière superbe. Le casting fonctionne très bien, mais à mon goût tout est éclipsé par la façon dont la caméra est pour le directeur.

Maaaaaaaaaais, comme a passé avec “Pearl Harbour” (Par analogie d’un film basé sur un bombardement célèbre), l’scénario chavirage quand il introduire par force un triangle d’amour qui nous éloigne de l’intrigue qui importe vraiment, comme en cela et tant de fois que l’on croit que l’histoire d’amour est nécessaire pour atteindre le public.

Dans le même temps, certains moments spécifiques de dialogue me déstabilisent, mais je le trouve le moins de ses «problèmes» et il est la chose la plus difficile que je pense, et le plus apprécié pour moi de tout scénaristes, donnant naissance à un dialogue “authentique.

En dehors de ces deux aspects qui ne m’a pas convaincu, je l’ai trouvé un des meilleurs films d’époque de notre pays et une de les qui représente le mieux le plus bas période dans notre histoire.

Je vous laisse avec le cartel international, beaucoup plus élégant que celui utilisé dans notre pays, et le trailer.

Gernika poster internacional

Lien vers Filmaffinity.