En désaccord avec Ramon # 01 – Almodóvar

Almodóvar

Avec cette publication, je commence ma section “En désaccord avec Ramón“, AKA mon oncle, le médecin bien connu qui, il y a quelque temps, s’est transformé en une sorte de gourou de la critique filmique sur internet hahaha.

Nous deux partageons l’amour pour le 7ème art, bien que nous pensons souvent des choses diamétralement opposées sur les mêmes films, et qui a raison?

Eh bien, les deux, parce que dans cette chose de l’art, si nous sommes en mesure de raisonner et de défendre notre opinion, nous l’avons tous!

La raison de cette section est une sorte de “contre-critique” de films qu’il n’a pas aimé mais oui pour moi, et vice versa.

J’aimerais avoir la même éloquence avec laquelle il il exalte ou massacre ces œuvres, mais nous allons l’essayer au moins…

L’expérience m’amène à penser que la profession de critique n’a aucun sens parce que l’objectivité n’existe pas, et nous ne devrions être intéressé justement par les opinions de ceux avec qui nous découvrons une affinité. (Curieusement, tout comme je suis allé pour laisser mon vote dans filmaffinity, je découvre que je ne coïncide pas cette fois avec un des rares critiques que je suis intéressé à consulter, le grand Jordi Costa)

Tout le monde devrait utiliser le “Pour moi…”, “À mon avis…”, “A mon goût…”, au lieu d’exercer des jugements auxquels ils tentent de donner la position de la vérité absolue, quand ce que les critiques professionnels obtiennent, dans de nombreux cas est de transmettre une aura d’arrogance et de orgueil.

Au moment de la valorisation d’un film ou de toute autre œuvre d’art ou produit culturel, aussi nos attentes entrent en jeu, conjuré avec nos goûts…dans ce cas, je m’attendais à l’excellence habituelle à Almodóvar, surtout dans ses derniers films, mais cela est déjà avancer le contenu… Le fait est que j’ai toujours été séduit par le cinéma de Pedro, depuis ses débuts érotique-festif-pétards même comme je le dis, ses derniers films plus profonds dans lequel il démontre une maîtrise du langage audiovisuel à la hauteur des plus grands.

Cela m’a toujours donné l’impression que la grande majorité des gens qui vivent de la critique cinématographique, et ce que nous pourrions appeler “Les universitaires du cinéma”, sont contaminés par une extension de la peste nocive de la pensée unique qui veut faire de nous des individus homogènes, sans goût ni personnalité. Mais allez, c’est juste une opinion…

Julieta

Poster Julieta

Techniquement impeccable, un excellent travail de direction de la part de Pedro, mais les performances semblent forcées pour moi, surtout le père de Juliette. Quelques moments un peu ridicules par script, qui accompagne avec des autres avec une subtilité exquise. Une musique que j’aime beaucoup mais qui me laisse l’arrière-goût d’être déjà entendú, et que je ne pense pas que ça colle très bien avec le vrai ton de l’histoire. Il essaie de le doter dans des teintes mystérieuses, mais il n’arrive pas à implanter en moi la curiosité typique du “genre”. Le seul mystère semble être pour le spectateur, et la façon dont il découvre comment le script progresse, pas pour leurs personnages qui sont limités à vivre, eh bien, de fuir en permanence, pour cacher leurs rancunes. Ainsi que la structure entre spirale et cassé l’histoire, je ne pense pas qu’il le donne une signification ou une valeur speciale, comme il le peut faire dans “Pulp Fiction”, par exemple.

Emma Suárez, à laquelle j’ai une grande affection, je ne la trouve pas authentique et elle ne m’attrape pas par sa performance. Ne ressemble pas à une personne du monde réel, mais un rôle imposé dans une actrice. Par contre, je peux me connecter au personnage de Adriana Ugarte.

Peut-être que les 3 histoires de l’écrivaine en leur origine sont magnifiques, mais quand ils sont mélangés et, je suppose que je ne l’ai pas trouvé, donner le touche Almodóvar, ne fonctionnent pas. La seule chose, la grand Rossy de Palma faisant de Rossy de Pedro, comme elle l’a toujours fait.

Scènes de sexe filmées fatalement, comme c’est malheureusement habituel dans le cinema et la télévision, sauf exceptions honorables comme “Shortbus” ou “Girls” et peu d’autre.

La première fois, quand je l’ai vue au cinéma, je suis partie avec le sentiment que chaque plan, il y avait une décision qui couine et je ne l’aurais pas fait comme ça. À aucun moment je ne peux empathiser avec le ton dramatique de l’histoire, ou le thème récurrent de prendre soin de la famille, en essayant de réaliser vos rêves à tout prix, indépendamment des autres, ou la maternité, complicités, rupture ou changement dans les relations. Et au fond, le matériel avec lequel sont tissés tous les éléments de l’histoire ne dégage pas une odeur qui me fait saliver à tout moment, que me fait ne peux pas attendre pour le donner la prochaine bouchée.

Tant de pause, cadence lente, et une manie par les chuchotements faite que je ne peut connecter pas avec l’histoire en un rien de temps, cela me met même de mauvaise humeur…Je la trouve bien travaillé, mais je ne suis pas émotionnellement touché, et je ne sais pas si c’est parce que le sujet ne m’intéresse pas particulièrement ou ce travail dans l’histoire. Je la trouve énormément long, et cela ne dure que 98 minutes.

Et ce que je pensais que un réalisateur avec l’expérience et la personnalité d’Almodóvar ne ferais jamais, utiliser la ressource pas cher pour se souvenir d’une scène antérieure afin que les téléspectateurs paresseux, capturent la symbologie d’un plan qui devrait se répercuter tout seul grâce à la situation précédente.

La meilleure chose pour moi, le moment symbolique près de la fin dans lequel apparaît ce qui pourrait être un puits mystique, qui relierait tant de choses……

Trailer :

Que pense mon oncle de “Julieta”

vs

Les Amants passagers

Los Amantes Pasajeros

Grotesque corail dans le meilleur sens. Un jeu sexuel obscène, visuel (phallique principalement) et verbal.

Déjà le début avec les crédits rendant hommage à Saul Bass, et cette mélodie en combinant musique classique et cumbia présage quelque chose de cool et unique.

La comédie prend son envol avec l’avertissement de ressemblance avec la fiction et le nom de la compagnie aérienne inventée, qui est un canular et il met le ton parfaitement dès le début.

Le casting est spectaculaire dans tous ses personnages, étant peut-être le plus forcé les 2 camées du début.

Une direction artistique très soignée, qui m’a rappelé cette fois-ci le grand “Life Aquatic” de Wes Anderson, mais sans ses excès.

Il a été 5 minutes et j’ai déjà été présenté à l’histoire, et de voir comment brillamment caractérisés sont tous les pilotes, hôtesses et passagers, me donne envie de tout savoir sur leurs vies.

*Un micro hommage à la version instrumentale de “Malagueña Salerosa”, finesse.

Nous continuons avec l’intrigue et les personnages, une délicieuse subversion de ce qui sont habituellement les voyages en avion. Chaque avion que j’ai pris après l’avoir vu s’est avéré être une déception de ne pas être une aventure comme celle-ci … c’est ce que le cinéma a, ce qui est généralement mieux que la vraie vie.

Après quelques films plus sérieux ces derniers temps où pour moi Pedro a atteint sa maturité, cette fois il est revenú á la comédie la plus rustre qui est ce qui lui fait mondialement célèbre à ses débuts, comme maître d’orchestre au plus haut niveau, et il se permet de petits jeux comme remake les comportements de certains de son “Femmes Almodóvar” les plus célèbres dans la peau de certains des hommes de ce film.

Si pour quelque chose je la trouve si sagace et percée est parce que, dans un seul scénario (ok, presque exclusivement) fermé comme l’avion, grâce à la réunion de personnages si magnifiques, authentiques et uniques (aidé par un casting parfait), crée un microcosme grâce aux intersections entre les multiples mini-intrigues de chacun d’entre eux, travaillant à différents niveaux.

Contrairement à son dernier film, voici les moments ponctuels où la musique souligne le suspense, sont bien mis en place et pas dissonants.

Oui, au fond ne cesse pas d’être, apparemment, une comédie légère et insouciante, qui causera aversion à toute collective queer-phobique. Une defense délicieusement drôle pour le sexe sain (Mention d’honneur pour ce plan de Lola Dueñas appréciant un Reverse Cowgirl volé avec les crinières au vent), et pour rester en bonne santé, car la comédie devrait être prescrite dans les hôpitaux…

Je comprends que ce n’est pas au goût des fans de comédie blanche, politiquement correct et pour toute la famille qui a tellement de succès dans notre pays, mais la comédie est basée sur l’exagération et l’hyperbole, et là je trouve une ration parfaite.

Il nous donne aussi l’un des numéros musicaux (qui devrait être) les plus emblématiques de l’histoire du cinéma.

Le seul point négatif que je trouve est que la critique sociale est trop évidente, trop “direct indirect”, ce qui le rend trop facile et pas beaucoup élégante.

Et, chaque fois que je viens de la voir, je pars avec un sourire d’une oreille à l’autre et le sentiment d’être une meilleure personne.

Trailer :

Que pense mon oncle de “Les Amants passagers”

La grande différence entre les 2 pour moi pourrait être en termes de leurs personnages et comment les acteurs les représentent, dans le premier tout semble naturel, organique et frais, et dans “Julieta” tout me semble forcé, sans provoquer d’empathie du tout. En bref, les personnages d’un m’attirent, ceux de l’autre sont fades.

Et pour finir, il me semble que je vais devoir faire la seconde “En désaccord avec Ramon” a propos de cette nouveau joyau de science-fiction qui nous a donné Luc Besson 20 ans après l’un de mes films préférés de tous les temps…

Also available in: Anglais, Espagnol